20 avril 2013

Alors je le devais, encore une fois, m’embarquer dans ce navire si périlleux ne me promettant que d’incertitudes et de doutes.
Ils me voyaient noyer alors que je ne faisais qu’obtempérer aux profondeurs, n’écoutant l’écume si lointaine. Je ne comprenais son langage, moi je m’étais liée d’amitié qu’avec le calme et l’isolement que j’ai fièrement trouvé là où j’étais.
Et moment venu je me devais de retourner là où résidaient ignorance, insouciance et immaturité, là où je perdais toutes mes couleurs, là où je ne devais que rester assise, pendant que mes semblables se délectent là où est ma place.
Assise voyant des places défiler, laissant derrière tous mes rêves et mes passions, et se destinant vers je ne sais où. 

Posté par unevie37 à 22:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Alors je le devais, encore une fois, m’embarquer

Nouveau commentaire